Partout, le golf devient le jardin de nouveaux habitants


Diversifier les habitats et les habitants du golf

Les expérimentations paysagères menées par l’école des Tiers-Paysages en lisières de golf sont étendues à de nouvelles pratiques : pour répondre à un besoin croissant de logements – notamment dans la commune de Saint-André-des-Eaux – mais aussi en tirant partie du cadre incroyable offert par la golf aux villas déjà existantes, une densification de l’habitat est expérimentée.

La construction – et les exentensions successives – du golf de la Baule se sont en-effet accompagnées d’un programme immobilier permettant tout à la fois de justifier et de financer l’ensemble. Juridiquement, le golf est donc une entitié comportant, en plus des parcours de jeu, un peu plus de 300 parcelles construites. Les sufaces de ces parcelles varient globalement entre 2 000 et 4 000 m² et ce sont de véritables villas – dans la continuité de l’histoire de la Baule – qui ont été construites.
A l’image du golf lui-même, ces habitations sont relativement hermétiques à leur environnement proche : l’architecture, les surfaces moyennes habitables et les valeurs à l’achat de ces résidences sont sans commune mesure avec le bourg et les lotissements pavilonnaires de Saint-André-des-Eaux, et les fermes ou exploitations agricoles limitrophes au golf.

La densification bâtie des lisières passe par le redécoupage parcellaire des villas disposant de très grandes surfaces foncières autour du golf. De nouvelles typologies habitées, plus restreintes en superficie et plus abordables économiquement, s’insèrent ainsi progressivement entre les luxueuses résidences du golf ; offrant à une population moins riche, le golf comme jardin.
Ce redécoupage parcellaire, tout en étant financièrement attractif pour les propriétaires actuels pouvant mettre en vente une partie de leur terrain, est pensé de façon à ne pas gêner les résidences existantes : les vues sur le golf et l’ensoleillement de chaque résidence, existante ou nouvelle, étant les principales contraintes de conception.

Tout en projetant une certaine diversification de l’architeture, les nouveaux programmes de logements veillent à respecter une démarche contemporaine écologique en terme d’économie et de production d’énergie ainsi que de limitation de l’impact environnemental négatif avant, pendant et après leur construction. Ces logements ayant également pour objectif d’offir à tous la possiblité de résider près du golf et d’un cadre de nature exceptionnel, il peuvent être conçus en lien avec des associations d’économie sociale et solidaire, et/ou dans le cadre d’habitats participatifs – permettant à plusieurs familles, tout en se préservant un cadre de vie intime, de mutualiser certains espaces partagés.

Cette densification et diversification de l’habitat autour du golf, couplé à l’ouveture totale de ses lisières nouvellement redessinées, offre une véritable redynamisation du site. Le golf accueillait autrefois quelques riches golfeurs aguérris, et ses immenses résidences abritait en moyenne un ou deux habitants avec une moyenne d’âge assez haute. Il accueille aujourd’hui toutes sortes de pratiques, ses lisières permettant l’implantation de marchés itinérants, d’atelier sportifs et artistiques et autres micro-programmes ; ses habitations s’étant ouvertes à des habitants plus modestes, plus jeunes et aux famillles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *