Habiter les berges de Seine-Aval

Selon la préface de Bertrand Delanoë dans l’ouvrage : Une petite synthèse du grand pari(s) de l’agglomération parisienne, « les experts sollicités expriment la nécessité pour notre métropole de pratiquer un urbanisme de mutation plutôt que d’extension.[…] Qu’est-ce qu’un urbanisme de mutation ? C’est d’abord la mobilité, toutes les mobilités, qu’elles soient physiques, ou virtuelles. […] Le premier enjeu est de multiplier les « coeurs », lieux de vie, pour la métropole. […] Créer la métropole, c’est aussi en définir les contours et donner à lire cette nouvelle identité. […] Il faudra concevoir le lien entre la ville et l’eau. » Continue reading

Au fil de l’eau : un paysage séquencé

DERCOMPOSITION CARTE SEINE FINALE ok

La vallée de la Seine est caractérisée par un mélange ville-nature. Ces séquences sont des atouts majeurs pour une bonne qualité de vie, comme le met d’ailleurs en évidence l’équipe d’OBRAS, qui a porté un regard nouveau sur Seine Aval2. Ces séquences existantes sont à conserver pour leurs qualités écologiques, paysagères et urbaines. Elles pourraient même être répétées à plus petite échelle afin de ponctuer les villes d’espaces relais naturels3. Continue reading

Au fil de l’eau : des pratiques ludiques et touristiques hétérogènes

carte vexin A0 enjeux tourisme

Les pratiques ludiques et touristiques liées à l’eau ne datent pas d’aujourd’hui, le nautisme et la baignade étaient au début de leur histoire, rudimentaires. Petit à petit, plus de confort leur est proposé. Dans l’entre-deux-guerres, de véritables établissements nautiques voient le jour, des plages sont alors créées. L’eau était alors signe d’hygiène et de santé corporelle. Cependant aujourd’hui, la pollution en offre une toute autre vision. Continue reading

Au fil de l’eau : des zones inondables

carte zone inondable OK

Cette densification des usages s’effectuera donc sur les berges. Ces dernières sont inondables. Construire en zones inondables répond à l’arrêt de l’extension des constructions sur les terres agricoles qui nous sont vitales et que l’on doit préserver ainsi qu’au dialogue ville-fleuve que nous voulons établir. Cependant, cela implique de penser de nouvelles typologies d’habitats, des bâtiments publics où les RDC peuvent être inondés, ou bien des bâtiments sur pilotis, ou des bassins de rétention d’eau sont nécessaires à d’éventuelles crues. Cela implique également de penser à des matériaux durables face à l’immersion ou encore à la distribution électrique par le plafond… Continue reading

Les rives du PNR: des transversalités à reconnecter

CARTE GR illustratorer2

Lorsque les chemins de randonnée du Vexin se ramifient jusqu’aux berges

schema urba fini

La réconciliation villes-fleuve passe par la densification des berges, mais pas seulement. En effet, le but de cette réconciliation est de réanimer le plateau et la vallée de la Seine par les chemins de mobilité douce. C’est alors un réel parcours qui se dessine pour projeter une liaison transversale à la Seine.

Continue reading

Les berges de Meulan-les-Mureaux: frange épaissie et séquencée

Nuova immagine

 

1. Des espaces publics à affirmer

PHOTOMONTAGE-ANALYSE-PROJET

Le long des berges, des espaces publics existent. Ils se composent essentiellement de pelouse et de zones de stationnement. Quelques jeux pour enfants sont parsemés tandis que les arbres rythment cette promenade plate. Ces espaces publics doivent être affirmés. La réanimation des berges propose de leur redonner de réelles fonctions en les requalifiant. Ces espaces en lien avec les centres villes développeront des zones de marché, de guinguettes, et de place publique.

2. Des fonds de parcelles à exploiter  

On constate des parcelles privées longues de plus de 200m s’étendant de la rue à la Seine et dévoilant un potentiel important à densifier. Le projet propose le redécoupage de ces parcelles en permettant toujours aux maisons individuelles existantes d’accéder à la Seine. Afin de répondre à la demande en logements expliquée précédemment, des nouveaux habitats mixtes pourraient être construits à ces endroits. La typologie de ces constructions pourrait prendre la forme de peigne sur les parcelles de manière à laisser la vue dégagée aux habitats existants tout en générant des porosités. Elles pourraient être à l’image des îlots poreux présents partout dans les centres-villes. Le passage oscillant entre montées et descentes reste le motif que nous avons mis en évidence lors de notre analyse sur site. Ces ambiances réinterrogées et réinterprétées feront alors patrimoine.

Des espaces extérieurs pourraient être redonnés aux habitants et les pieds d’immeubles plus publics permettraient de rendre le bord des berges aux cyclistes et piétons en leur offrant un espace apaisé.

Ce scénario pourrait être contredit en cas de refus d’un propriétaire à céder une partie de sa parcelle. D’autres scénarios sont possibles et permettront de résoudre un tel problème. Par exemple, des pontons pourraient permettre de créer une continuité de l’espace public.

Le plan masse établi n’est donc pas figé, c’est une esquisse de ce que pourrait être la densification des berges. J’ai conscience que de nombreux facteurs sont en jeu et que des contraintes peuvent amener le projet à se voir modifier. Il ne s’agit pas là de tracer un plan directeur mais d’esquisser une possibilité de réponse.

3. Des activités nautiques à mutualiser

IMG_5424

Franck – responsable sportif du club AMMH

La Seine est le berceau de la plaisance. Le bassin de Meulan a accueilli en 1900 la régate dans le cadre de l’Exposition Internationale. Il est idéalement orienté dans l’axe des vents dominants, entre brise et tempête le lieu est donc idéal pour des activités de voile.

Aux Mureaux, deux clubs de voiles sont installés. Le Yacht Club d’Ile de France est construit en zone inondable. Le club house du cercle de la voile de Paris quant à lui fut construit en 1893 à l’initiative de Gustave Caillebotte, peintre impressionniste grand amateur de voile. En 1924, le Cercle de la Voile accueillit les épreuves de voile des Jeux Olympiques de Paris. Alors que les régates organisées attiraient déjà à l’époque les parisiens, la Seine attirait elle les impressionnistes.

A Meulan, l’association aujourd’hui appelée Aviron Meulan Les Mureaux Hardricourt, vit le jour en 1906. Le regroupement des trois communes sur le même club implique des liens et échanges entre les villes. « Nous l’intercommunalité on la connait depuis longtemps. On est l’une des toutes premières associations à avoir fonctionné en intercommunalité […] Très prochainement, enfin, certainement le club s’appellera Aviron Val de Seine, avec l’agglomération de communes. » Franck, responsable sportif du club.

Ces activités nautiques sont donc très importantes pour Meulan-Les- Mureaux et doivent s’intensifier.

Lors des relevés de paroles habitantes, il nous a été révélé la difficulté pour les clubs des Mureaux à entraîner des débutants. En effet, situé sur le bras de navigation de la Seine, chaque entraînement doit être encadré par un ou des zodiacs qui permettent la sécurité des équipages. En effet, le passage fréquent de péniches empêche la tranquillité des entraînements.

Le projet de densification des berges propose donc de mutualiser les clubs de voile et que leurs entraînements aient lieu sur le bras de Mézy. Il ne s’agit pas de délocaliser les locaux, mais simplement de penser à une nouvelle zone d’entraînement et pourquoi pas un hangar commun sur la rive de Meulan permettant des sorties plus sécurisées pour les juniors.

Un phasage à déterminer

phasage meulan

Chaque séquence sera mise en oeuvre dans des temps différents et prêteront attention aux habitants. Leur participation permettra de vérifier les stratégies de projet. A court terme, c’est donc la participation habitante et les réunions publiques qui seront importantes, afin d’expliquer le projet d’intensification des berges lié à la dépollution du bras de Meulan et de projeter un avenir pour ce territoire. A moyen terme, les projets d’intensification des berges à Meulan-Les-Mureaux seront construits. Enfin, à long terme, cette densification pourrait s’étendre sur l’ensemble des berges de Seine-Aval.

 

Un programme hybride : se baigner, lire, se nourrir, danser, s’informer…

schema programmatique

Le programme qui prendra place en lien avec la zone de baignade consiste en une halle de marché et d’exposition : Le Forum de Meulan-les- Mureaux. Il offre un restaurant hybridé à une salle de danse permettant de réinventer La Guinguette de Meulan-Les-Mureaux qui pourra alors s’étendre sur l’eau ou encore sous la halle.

De plus, un office de tourisme marquera Meulan-Les-Mureaux comme porte du Vexin et liera les berges au centre ville de Meulan en étant La Vitrine du Parc. Enfin, la partie du bras de Seine dépollué devient piscine naturelle, un ponton flottant y prend place telle une Ile Flottante. Ce ponton pourra servir d’exemple et se voir décliner et installer en différents lieux une fois la Seine totalement dépolluée. Il définira un lieu public de lecture et de baignade. Accessible seulement à la nage ou en bat-lib l’été, la lecture, plaisir sec sera hybridée à la nage, plaisir humide. Pour se faire, des liseuses étanches (dernièrement créées) seront mises à disposition des usagers en échange de leur inscription à la bibliothèque-ludothèque flottante.

IMG_1573

 

Des bâtiments en archipel

fv

Hybrider des programmes sur un même site ne veut pas forcément dire que ces programmes doivent être rassemblés en un seul et même bâtiment. Dans le projet Le bras de Meulan, les pieds dans l’eau, c’est l’espace public qui est pensé de manière globale. A la manière d’un principe holistique, où 1+1=3, c’est la somme des éléments, qui bien qu’étant individuels, forment un tout complexe, et constituent l’espace public.

A l’image des îles qui ponctuent la Seine, les bâtiments prendront place sur le site comme des éléments individuels liés entre eux par l’espace public. Comme des plaques flottantes, volantes ou encore comme des murs épais guidant notre regard et se rapportant aux passages du centre-ville de Meulan, quatre bâtiments ponctueront la balade au fil de l’eau.

Quatre bâtiments formant un seul et même espace public

Nuova immagine (1)

L’Ile flottante est amarrée en aval des bassins de plantes dépolluantes. Elle est perceptible depuis les boulodromes flottants. Long de 85m, ce ponton flottant semble voguer au fil de l’eau tandis qu’un peu plus loin, nous pouvons apercevoir la toiture de la halle de marché qui semble voler au-dessus de nos têtes. Ces deux bâtiments se répondent mutuellement de par leur forme et articulent des programmes aussi bien d’échelle métropolitaine que locale.

Tandis que l’on aperçoit sur notre gauche l’Ile flottante, à notre droite, une surface vitrée nous invite à rentrer dans la Vitrine du Parc. A l’articulation de l’espace public et du centre-ville il permet un échange entre les habitants et les touristes en récupérant la différence de niveau entre la rue et la berge à cet endroit. La guinguette quant à elle, près de l’eau, est en lien avec la Seine et le Forum de Meulan-Les-Mureaux.

Les quatre bâtiments se répondent deux à deux tant par leur forme que les matériaux utilisés. L’ensemble des cheminements et du bâti crée alors des places publiques de différentes natures. De l’autre côté de la rive, sur l’île du fort, c’est une berge plus sauvage qui se développe. Plus intimiste, un belvédère plongeoir se dessine au dessus de l’eau tandis que du mobiliers urbains ponctuent la Promenade.

coupe urbaine ile flottante

L’Ile flottante

VUE SUR PONTON 2 TESTOK

Nuova immagine (2)La ville de Meulan se caractérise par ses montées, ses descentes, ses ruelles et passages qui créent des porosités dans les ilôts du centre-ville. Le concept principal est de passer de l’ilôt à l’île en adaptant l’ilôt central de la ville de Meulan en île de baignade sur la Seine. C’est par négatif des pleins et des vides que le bâti devient eau et que les porosités se remplissent pour créer différentes ambiances flottantes. Ce ponton, s’inspirant de la forme et la porosité des îlots du centre-ville devient alors une partie de la ville centre, où le travail se transforme en loisirs et détente.

Afin que la silhouette du ponton s’adapte visuellement au bras de Meulan dans lequel elle s’implante, c’est une homothétie de celui-ci.

La tête de l’Ile flottante s’épaissit afin d’être habitée par la ludothèque et la bibliothèque. Cet espace directement accessible par bat-lib grâce à l’embarcadère qui s’y greffe, pourra être utilisé été comme hiver. De plus, la pataugeoire peut s’assécher l’hiver et continuer d’être scène de lecture publique. Pour des questions d’usages, l’hiver l’île sera reliée à la berge par un ponton.

 

 

Le Forum de Meulan-les-Mureaux

morphogenese-de-la-halle-copie2

La toiture de cette halle de marché et lieu d’exposition n’est pas rectiligne, le toit se déforme pour venir abriter les cheminements et marquer les entrées par des auvents.

Ces parois sont amovibles. Ouvertes, elles permettent de dégager la vue vers la guinguette et la Seine alors que fermées, elles créent différents espaces, permettant des lieux d’étales et des lieux d’expositions. Ces persiennes viennent alors fragmenter la halle pour de multiples usages.

 

La Guinguette

morphogenese-de-la-guinguette-copie3La toiture de la guinguette est déterminée par les cheminements qui passent dessous. De la même manière que dans les autres bâtiments, ils permettent de marquer les entrées.

Ce bâtiment est constitué de deux espaces, l’un pour les répétitions de danse et l’autre pour le bar-restaurant. Les deux espaces sont liés entre eux ce qui permet aux usagers de pouvoir danser et boire un verre en même temps. Une terrasse s’étend sur l’eau sous forme d’un ponton. A certains moments de la journée, cet espace peut s’ouvrir vers la halle et faire de l’espace public un espace festif avec guirlandes colorées et musiques endiablées.

sfxb

 

La Vitrine du Parc

L’office de tourisme est marqué par des murs épais de manière à rappeler les bâtiments du centre-ville. Cependant des surfaces vitrées lui donne une certaine transparence afin qu’un dialogue s’installe avec l’eau. La toiture permet également de guider le cheminement et indiquer une direction : centre-ville / espace public. Les avancées de toiture permettent de marquer les entrées.

wefsd